lundi 1 novembre 2021

Petit jeu littéraire :)

 


Hello les 🧝‍♀️ j'espère que vous allez bien ?🧙‍♂️ Je vous propose un petit jeu 📖 today : Alors, pour ceux qui ont le roman "Abîmes, et...", on ouvre le livre à n'importe quelle page et on copie un paragraphe ou une phrase au choix 👌 Pourquoi ? Pour partager quelque chose de différent, se remémorer l'histoire et qui sait : Donner envie à ceux qui ne l'ont pas encore lu de le faire !😃

Allez je me lance p 197 et en lisant cela je pense qu'aujourd'hui c'est le jour où l'on célèbre les morts et j'ai une pensée émue pour mon arrière grand-mère :

"Ce matin, avant le vernissage, elle s'est réveillée d'un cauchemar, elle est insomniaque en ce moment et les seuls rêves qu'elle peut faire, lui laissent un goût amer. Elle a rêvé de son arrière grand-mère : Alice. C'est un joli prénom, hors du temps et rappelant le monde des merveilles. Alice courait en pleine nuit, c'était l'hiver et elle en était tombée dans la neige dans le pré avoisinant. Elle semblait perdue, décontenancée, désorientée et ça nous avait inquiété. Ce rêve avait fait ressurgir des souvenirs au sein de la mémoire de Beith : Alice, matriarche nommée de son nom de jeune fille "Puissant", avait préalablement, avant d'accoucher de sa grand-mère, perdu deux enfants en bas-âge. Cela l'avait profondément marquée mais elle cachait sa tristesse derrière une force et une autorité puissante (le nom a quelquefois des allures de prédilection). Sa peine disparaissait aussi parfois derrière quelques bouteilles masquant une dépression. Elle s'accrochait elle aussi à la rampe de la vie. Cette vie qui lui avait également enlevé son mari après la seconde guerre mondiale. "

Merci à ceux qui joueront le jeu ! 👍
Et pour les retardataires, le roman est toujours en vente et les fêtes approchent 🎁: Plusieurs choix : cliquer ici pour : https://www.edilivre.com/abimes-et-sandra-eveque.html/ , vous serez redirigés vers la page de l'éditeur (achat format numérique ou papier) ou sur fnac.com, Amazon, Decitre ... ou demandez à votre libraire de vous le commander directement dans votre librairie avec les références en main !

Merci de votre participation, j'ai hâte de vous lire !😘 # roman # jeu

mardi 9 mars 2021

Se ressourcer à la campagne, proche de l'océan en ces temps de crise...

Bonjour :) En ces temps de crise sanitaire, venez vous ressourcer au calme entre vignes, bambous et champs de tournesols en Charente Maritime ! Gîte/Maison 6 personnes avec terrasse et jardin privatif + piscine 3x2m idéalement situé. Merci de soutenir le tourisme local, de consulter le site (photos et détails) et partager le lien :)

https://5eee2041253a6.site123.me/

En cas de restriction de déplacements fixée par décret gouvernemental, si 1 acompte a été versé, il sera remboursé ou conservé (au choix) pour une location ultérieure à définir selon les disponibilités des 2 parties.






Lutte des femmes. 8Mars. Femmes inspirantes.


 

mercredi 25 mars 2020

Le barrissement des éléphants #coronavirus #confinement #solidaires

Et pendant ce temps, j'entends le barrissement de l'éléphant.
Je vous envoie un peu de poésie pensant à ces animaux qui ont traversé les temps paisiblement. Oui c'est une période difficile mais elle l'est depuis bien longtemps. Là, elle nous pousse à en prendre conscience collectivement. Là, elle touche tout le monde, même ceux qui se pensent au dessus, plus forts, parce que ce virus vous pouvez l'avoir mais également le transmettre. Et c'est cette transmission qu'on essaie
 de freiner là. Parce que rester confinés c'est empêcher cela, ne pas laisser d'emprise. Parce que ceux n'ayant jamais été touchés par la maladie quelle qu'elle soit peuvent découvrir que face à elle, on est seul. Face aux symptômes on lutte seul. On doit se recentrer. Ressentir son corps. Peut être que cette phase de recentrage est nécessaire dans cette ère virtuelle ? On voulait du virtuel, on nous en donne. Nous voilà chez nous, sur les réseaux sociaux, coupés des autres. Mais n'était-ce pas cela déjà ? Alors oui là ça touche tout le monde, pour une fois, égalité il y a. Oui c'est dur, pour les artistes qui ont préparé depuis des mois un spectacle à montrer. Pour les activités culturelles, sportives, touristiques, pour le commerce en tt genre, pour l'économie en général. Seuls habilités à travailler : les soignants : souhaiteriez vous être à leur place ? Gros respect pour eux. Les enfants sont à garder chez soi mais n'est ce pas un bonheur plutôt pour ceux qui ont la chance d'en avoir ? Oui c'est une organisation différente. Les animaux domestiques ne représentent pas un risque pour nous, arrêtez vos conneries d'euthanasie, vous êtes plus coupables en vous déplaçant pour faire des provisions excessives ! Ne pas aller travailler c'est dur pour quoi au final ? Ne pas avoir de salaire pour vivre tout simplement. Et vivre c'est quoi exactement ? Peut être allons nous profiter des nôtres ? Se recentrer...
sur l'essentiel. Agir différemment, écrire, téléphoner là où ce simple lien avait l'excuse du "trop de travail, pas le temps de prendre des nouvelles, ni d'en donner... " Là tel l'éléphant, nous allons traverser une ère plus lentement. Alors restons chez nous pour un temps sans se débattre. Distance et gestes d'usage. Ensemble, soudés. 🙏 #covid19 #coronavirus #ensemble #memeenseigne

lundi 23 décembre 2019

Une histoire de Noël...

C'est une histoire de Noël, dans un autre lieu, un autre temps, un autre univers que je partage avec vous pour ces fêtes et que vous pouvez retrouver dans le roman "Abîmes, et..." de Sandra Evêque chez Edilivre.com / Fnac.com, Decitre, Amazon... format numérique à 4,99 Euros ! Format papier 24 Euros ! Un voyage initiatique à offrir sous votre sapin 👌 Belles fêtes à vous chers lecteurs !😘

Un silence si profond laissant de la place à la résonance de ses propres mouvements au creux de sa tête. Un de ces silences qui laissent de la place aux divagations de l’esprit. Et cette fumée qui sort de ses narines, pourtant, elle résiste. Ce froid lui est familier. Nous sommes à Noël. Elle se dirige vers le cimetière avec ses bougies. C’est la coutume ici. A Noël, on visite ses morts en leur apportant de la lumière. Aucune tristesse, bien au contraire. Dans cet univers gelé, la lumière est sacrée. Sacrée comme ces ondes vertes qui ondulent formant un rideau dont les franges verticales attisées par le vent se gonflent de lumière puis perdent progressivement leur éclat puis ondulent de nouveau d’Est en Ouest pour se transformer en spirales. C’est à ce moment précis que ce vert si vif prend soudainement des couleurs mauves. Il est à peu près minuit et l’aurore se lève.©SSE
 
 

vendredi 15 novembre 2019

MERCI POUR CES CRITIQUES !

Hello à tous et bienvenue aux nouveaux abonnés de La page "Abîmes, et... " sur Facebook. 🙏
N'hésitez pas à vous abonner pour suivre les actualités.
Retrouvez moi également sur Instagram : Sandra EVK Simillon
Pour vous donner envie de lire mon roman rien de tel que l'avis de quelques lecteurs qui ont laissé leurs ressentis sur le site de l'éditeur, de la FNAC ou d'Amazon. Merci à eux au passage, peut-être qu' ils sont inscrits sur cette page et qu'ils reconnaitront leurs mots laissés après cette lecture
Pour ceux que ça intéresse : 4.99 Euros la version numérique et 24 euros la version papier gd format sur Edilivre.com (Abimes, et... Sandra Évêque) /Fnac.com... ou en commande chez votre libraire avec les références (pr les réfractaires d'Internet 😉)
Sous le 🎄 optez pour un cadeau d'une auteure que vous connaissez peut être personnellement et à Laquelle vous pourrez directement livrer vos impressions (Ça n’est pas si courant 😉) .
Sur ce, je vous invite via cette histoire à voyager intérieurement et géographiquement et vous embrasse. 😙





dimanche 7 avril 2019

Une page au hasard... Abîmes, et... S.E

https://www.facebook.com/AbimesEtRomanSandraSiloeEvek
Par la fenêtre, elle reconnait l'Hudson River. Elle
est à New-York ? L'air lui manque, les bruits
extérieurs deviennent sourds. Elle se jette sur le lit,
attrapant un énorme coussin posé là, y plonge sa tête et
se met à hurler.
Un cri sourd et cinglant. Un de ces cris qui vous
prend aux tripes, de ceux qui, éraillés et puissants,
frôlent le désespoir et interrogent la douleur qui peut
être enfouie en chacun de nous. Un cri qui aurait
donné à n'importe qui, ne la connaissant pas, l'envie de
la serrer fort dans ses bras. Très fort pour qu'elle ouvre
les yeux, pour qu'elle sente qu'il y avait là, quelqu'un
pour faire qu'elle arrête de suffoquer. Quelqu'un, pour
faire qu'elle pense à respirer ! Quelqu'un, là, pour lui
montrer qu'elle n'était pas seule.
http://www.edilivre.com/abimes-et-1e745a505b.html